Tétouan/M’diq-Fnideq: un élan de développement remarquable érigeant la région en plateforme commerciale dynamique

La préfecture de M’diq-Fnideq et la province de Tétouan connaissent un élan de développement sans précédent, en mesure d’assurer une canalisation de l’économie informelle, tout en érigeant la région en plateforme commerciale dynamique au service d’une économie locale compétitive, et ce dans le cadre d’une feuille de route claire, basée sur le programme intégré de développement économique et social de ce territoire.

Au cours des dernières années, un certain nombre d’initiatives et de programmes ont vu le jour au niveau de la préfecture de M’diq-Fnideq et la province de Tétouan, jetant les bases d’une économie prometteuse, basée sur les services commerciaux et logistiques, et la création de zones d’activités économiques et industrielles, qui génèrent des milliers d’emplois et constituent une véritable alternative assurant une vie décente à tous ceux qui s’adonnaient auparavant à des activités de contrebande.

A l’instar des autres préfectures et provinces de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, qui jouit de la Haute sollicitude de SM le Roi Mohammed VI, ce territoire connaît un essor économique important, grâce à un ensemble d’initiatives portées par les acteurs gouvernementaux, notamment le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Industrie et du commerce, le Conseil régional, l’Agence pour la promotion et le développement du Nord (APDN), l’Agence spéciale Tanger Med, la Wilaya de la région, la préfecture de M’diq-Fnideq, l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII) et le Conseil régional d’investissement (CRI).

La création d’une zone d’activités économiques (ZAE) à Fnideq, dont la première tranche s’étale sur une superficie de 10 ha et comprend 76 entrepôts, reste une composante essentielle de ces efforts visant à transformer la région en un centre commercial de référence, à travers l’encadrement et l’organisation des activités d’import-export via le port Tanger Med, et la création d’un centre de distribution au service des commerçants et des investisseurs.

Dans une déclaration à M24, la chaîne d’information en continu de la MAP, le secrétaire général de l’Association des investisseurs à la ZAE de Fnideq, Youssef Amnad, a souligné que ce projet « sera un atout pour la région et servira d’alternative aux activités informelles », saluant les efforts déployés par les autorités de la wilaya et de la préfecture, en exécution des Hautes Instructions Royales de surmonter tous les obstacles auxquels sont confrontés les investisseurs et les commerçants de la Zone, qui comprend actuellement 60 investisseurs, opérant dans le commerce de denrées alimentaires, d’habillement, de pièces détachées, de droguerie, et de produits cosmétiques, entre autres.

Il a ainsi appelé les commerçants et les investisseurs à saisir l’opportunité de s’installer, au cours des prochains mois, dans la ZAE, se disant convaincu que les difficultés et les contraintes liées au passage de l’informel à l’économie formelle peuvent être surmontées.

Pour sa part, le président de l’association, Ibrahim Mghawech, a indiqué que les investisseurs ont déjà commencé à importer des marchandises (via le port Tanger Med) de manière légale et dans des délais courts ne dépassant pas quelques heures, à la faveur de la facilitation des procédures, soulignant que « la situation actuelle est bien meilleure que celle précédente ».

Dans la localité Haydra, située dans les environs de la ville de Fnideq, une zone d’activités industrielles et économiques est en cours de création. Elle devrait accueillir 24 unités industrielles une fois les travaux achevés.

En effet, cette zone se transformera, à court terme, en un noyau industriel créateur de milliers d’emplois stables. Il est à noter que les travaux de construction de trois unités industrielles ont déjà commencé.

Dans le cadre des préparatifs menés en vue de leur prochaine ouverture, une entreprise suédoise spécialisée dans l’ameublement et la décoration, et une entreprise néerlandaise opérant dans l’industrie alimentaire ont lancé le processus de recrutement de personnel, en accordant une attention particulière à la main-d’œuvre et aux cadres issus de la région.

Ces initiatives engagées visent à créer un système intégré d’activités commerciales et économiques structurées, qui constitue un vecteur de développement social, et rompt avec les pratiques antérieures qui ont freiné la capacité du tissu économique local à se développer, et contribué à réduire sa compétitivité.

A Martil, Sabri Said, chef d’une entreprise spécialisée dans le recyclage textile, a choisi de créer une unité industrielle de valorisation et de recyclage des textiles et vêtements usagés, qui a débuté son activité il y a plus d’un an et emploie actuellement plus de 500 femmes qui se livraient dans le passé à la contrebande vivrière.

M. Said a souligné que l’usine offre des conditions appropriées et dignes à ces femmes qui refusent de retourner à la contrebande vivrière, après avoir décroché un emploi décent et un revenu stable, et bénéficié d’indemnités, de la couverture médicale et de la gratuité du transport, relevant que l’entreprise continue de développer ses activités et est en train de construire une nouvelle unité à Fnideq, qui portera le nombre d’ouvrières à plus de 1.000.

Fatiha et Jamila, deux employées de l’entreprise originaires de Fnideq, ont souligné que cet emploi décent leur a permis d’améliorer leurs conditions de vie et de préserver leur dignité, exprimant leur joie de travailler dans une unité qui leur garantit tous les droits (déclaration à la CNSS, couverture médicale et allocations familiales).

La dynamique de développement que connaissent la province de Tétouan et de la préfecture de M’diq-Fnideq s’inscrit dans le cadre d’une vision intégrée, érigeant la région de Nord en locomotive de la croissance économique nationale, à travers la complémentarité entre cette plateforme commerciale et économique, la plateforme industrielle de Tanger, la plateforme logistique de Tanger Med et le périmètre agricole des provinces de Larache et d’Ouazzane.