Tanger: FINEA à la rencontre des TPME

Des experts de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), de la Finéa, filiale du groupe CDG, et de la Fédération du commerce et services (FCS) sillonnent le Maroc à la rencontre des très petites, petites et moyennes entreprises (TPME) dans un road show lancé lundi à Tanger, et qui couvrira neuf villes.

Le road show s’inscrit dans le cadre de la stratégie CAP 22 de la Finéa, qui a pour principale mission de faciliter l’accès des entreprises au financement, et qui consiste à rencontrer plus de 2.200 TPME pour présenter ses solutions pour davantage d’accès au financement et à la commande publique.

Le financement constitue une étape structurelle dans la vie d’une TPE-PME, a observé Khalid El Kaoumi, directeur général délégué du pôle engagements et opérations à la CDG, qui a expliqué que la Finéa « apporte des solutions de financement, notamment pour les TPME marocaines qui interviennent dans le domaine de la commande publique ».

Il a fait savoir que le plan de développement stratégique quinquennal de la Finéa permettra plus de solutions de financement, et vise à « élargir notre spectre d’intervention pour faire, en plus du crédit de trésorerie, des crédits d’investissement ». Il prévoit de développer la gamme de produit de la Finéa sur la trésorerie, notamment par la mise en place des financements à l’export, a-t-il dit.

Le plan projette aussi « d’accompagner financièrement des entreprises marocaines souhaitant prendre des marchés à l’étranger, notamment en Afrique », et de proposer des services non-financiers donnant accès aux TPME à la formation et à l’information sur les services qui leur permettront de trouver les solutions de financement adéquates à leurs besoins d’exploitation et d’investissement, a-t-il détaillé.

De son côté, le président général régional de la CGEM-nord, Adil Rais a estimé que la TPME, qui représente 95% des entreprises marocaines, « joue un rôle indispensable » dans l’économie nationale « en termes de création de richesses, de création d’emplois et d’investissement ».

Cependant, le financement « reste un problème majeur pour que la PME-TPE puisse jouer son rôle pleinement, tout comme les ressources humaines et la structuration du secteur ».

Le Maroc, a-t-il maintenu, « ne peut pas se développer » sans l’essor de ce secteur et ce type d’entreprises. Leur contribution est « fondamental » pour l’économie nationale, a-t-il estimé.

M. Rais a appelé l’Etat ou les associations, « la CGEM en tête de liste », à accorder une attention particulière à la TPME et à mettre à sa disposition les outils nécessaires à son développement. Il a recommandé, à cet égard, de mettre en place « un mécanisme de mesure de l’efficacité des outils mis en place pour que les entreprises puissent aller de l’avant ».

D’autres intervenants ont également mis l’accent sur le rôle du secteur bancaire et des autres organismes qui peuvent apporter des solutions financières adaptées aux besoins des TPME. Ils ont aussi souligné l’importance de mettre à leur disposition les ressources humaines qualifiées, et la nécessité d’élaborer et de clarifier le cadre légal régissant les activités de ces entreprises.

Après Tanger, le road show fera escale à Fès (19 juin), Meknès (20 juin), Marrakech (21 juin), Laayoune (1er juillet), Casablanca (3 juillet), Rabat (4 juillet), Oujda (5 juillet) et Agadir (9 juillet).