Le musée Dar Niaba enrichit l’offre muséale au Maroc et contribue au développement touristique

Tanger  – Le musée Dar Niaba, inauguré officiellement lundi à Tanger, vient enrichir l’offre muséale du Maroc, faire connaître l’ancien patrimoine culturel et contribuer au développement touristique grâce à une infrastructure culturelle attractive.

Dans ce sens, le président de la Fondation nationale des musées (FNM), Mehdi Qotbi, a souligné, lundi à Tanger, que l’inauguration du musée Dar Niaba dans la médina de Tanger, est un nouveau jalon qui consolide les infrastructures culturelles du Royaume et enrichit l’offre muséale du Maroc, dans le cadre du Programme de réhabilitation et de valorisation de la médina de Tanger, initié par SM le Roi Mohammed VI.

A l’occasion de l’ouverture officielle du musée Dar niaba, qui s’est déroulée en présence notamment du Wali de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Mohamed Mhidia, du président du Conseil régional, Omar Moro, et du PDG de la société de gestion du port de Tanger Ville, Mohamed Ouanaya, M. Qotbi a ajouté que l’inauguration du musée Dar Niaba au coeur de l’ancienne médina, non loin du musée de la mémoire juive (Beit Yehouda) et la Synagogue Assayag, traduit véritablement les principes de coexistence et de brassage entre les différentes civilisations et religions, respectés par tous les marocains.

Durant la cérémonie d’inauguration, tenue en présence également du directeur général de l’Agence pour la promotion et le développement du Nord (APDN), Mounir El Bouyoussfi, d’élus et de personnalités du domaine de l’art et de la culture, M. Qotbi a affirmé que ce nouvel espace s’ajoute au musée la Kasbah des cultures méditerranéennes, le musée Villa Harris, le musée d’art moderne et d’autres musées portant une valeur référentielle importante, et qui reflètent l’esprit d’ouverture et de tolérance prôné par le Souverain.

L’ouverture du musée de la mémoire juive dans l’ancienne médina de Tanger (Beit Yehouda) après le projet de réhabilitation du bâtiment de la Synagogue Assayag, symbolise le rôle que joue le Maroc avec fierté, sous le leadership éclairé de SM le Roi Mohammed VI, dans le renforcement du dialogue inter-religieux et la préservation du patrimoine culturel et religieux qui existe depuis des siècles, a-t-il ajouté.

Selon M. Qotbi, cet espace culturel témoigne de la Haute sollicitude dont SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, entoure la communauté juive, de même qu’il reflète la diversité culturelle et civilisationnelle du Maroc et permet de connaître de près le patrimoine juif marocain et l’histoire de la communauté juive du Nord, ses us et coutumes et ses traditions religieuses.

Pour sa part, l’ambassadeur de l’Espagne à Rabat, Ricardo Díez-Hochleitner Rodríguez, a déclaré que ces nombreux musées inaugurée à Tanger et dans d’autres villes marocaines, notamment Dar Niaba et Beit Yehouda, mettent en exergue l’histoire riche et aux multiples affluents du Maroc, et permettent de découvrir son authenticité et son rôle historique et diplomatique, indiquant que l’intérêt continu porté à ce domaine reflète la place de la culture dans le nouveau modèle marocain de développement.

De son côté, le directeur du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain, Abdelaziz El Idrissi, a souligné que le musée Dar Niaba permettra aux habitants et aux visiteurs de Tanger de connaître une part importante de l’histoire du Maroc et de la mémoire de la ville, et de prendre la mesure des rôles joués par la Cité du Détroit dans différentes phases de l’histoire du Royaume.

Dans une déclaration à la MAP, il a relevé que le musée documente particulièrement une partie de l’histoire diplomatique du Maroc depuis le 18ème siècle, notant que cet établissement compte aussi des oeuvres d’art d’artistes de renom qui ont puisé leur inspiration du Maroc, en plus d’un ensemble de documents témoignant de faits historiques survenus à Tanger depuis l’époque du sultan Moulay Slimane.

Le musée a également réuni plusieurs collections privées, ainsi que des œuvres d’art de la famille “Fuentes”, dans le but de mettre en place une scénographie muséale complète, a-t-il ajouté.

Dar Niaba, qui a abrité la signature de plusieurs conventions et accords durant différentes époques historiques, occupe une place de choix dans la mémoire administrative et diplomatique du Maroc. Construit à l’époque du sultan Moulay Abderrahmane, le bâtiment est devenu en 1860 le siège de l’administration du naib (représentant) du sultan à Tanger, trait d’union entre l’Etat marocain et les représentations diplomatiques étrangères avant l’indépendance.

La nouvelle configuration de Dar Niaba-Maison d’Artiste, dont la gestion sera déléguée à la FNM, offre un espace culturel, sur une superficie totale de 1.841 m², abritant notamment une salle polyvalente, des salles d’expositions, des ateliers de peinture, de photographie, de traitement d’œuvres, de sculpture et de céramique outre des espaces annexes.

A signaler que la FNM assurera la gestion de cet espace dans le cadre d’un projet visant à faire revivre 13 espaces historiques, à travers la création d’espaces culturels accessibles à la population tangéroise et aux visiteurs de la médina.

De son côté, la Synagogue Assayag a fait l’objet de travaux de réhabilitation dans le cadre du Programme de réhabilitation et de valorisation de la médina de Tanger et de restauration de l’ensemble des lieux de culte qui constituent des espaces à forte portée civilisationnelle, mené, conformément aux Hautes orientations de SM le Roi Mohammed VI, par l’APDN en partenariat avec la Wilaya de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et le ministère de la Jeunesse, de la culture et de la communication.

Le projet a porté sur la reconstruction du bâti de la synagogue abandonnée depuis plus de 60 ans et qui menaçait de s’effondrer à tout moment. Les travaux de réhabilitation ont réédifié la synagogue à l’identique dans le respect total de ses composants datant de plus d’un siècle et ont nécessité un budget global de 2 millions de dirhams (MDH), financé par le département de la Culture.

Parallèlement aux travaux de réhabilitation de la synagogue, un comité de la communauté juive de Tanger a procédé au financement et à la réalisation des travaux de scénographie de l’espace muséal “Beit Yehouda”, pour la préservation et la promotion du patrimoine culturel spécifique du judaïsme des Mégorachim, établis dans la zone nord du Royaume.