Tanger-Tétouan-Al Hoceïma :

Des réalisations d’envergure et la promesse d’un brillant avenir

Les efforts colossaux de développement déployés dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima commencent à donner leurs fruits dans cette région qui fait office désormais de locomotive économique et sociale confortant le positionnement du Maroc à la tête des pays émergents en Afrique, et plus particulièrement dans le pourtour méditerranéen.

Tanger-Tétouan-Al Hoceïma en chiffres 

Un immense chantier à ciel ouvert  

Le Port Tanger-Med  

Les zones franches de la région  

La Cité Mohammed VI Tanger Tech  

La Ligne à Grande Vitesse Al Boraq  

Un changement du visage architectural  

Al Hoceima, Manarat Al Moutawassit  

Une modernisation du secteur agricole  

Tanger-Tétouan-Al Hoceïma en chiffres :

Nichée entre deux façades maritimes (Méditerranée et Atlantique) et le tronçon Nord-Ouest de l’arc du Rif, la région Tanger-Tétouan Al Hoceima s’étend sur une superficie de 17.626 km2 , compte 3,557 millions d’habitants, dont environ 2,124 millions en milieu urbain, et regroupe deux préfectures, Tanger Assilah et M’diq-Fnideq, et six provinces : Fahs-Anjra, Tétouan, Chefchaouen, Al Hoceima, Larache et Ouazzane.
Avec un positionnement stratégique près du Détroit de Gibraltar, la région du Nord a bénéficié de mégaprojets dans le domaine des infrastructures, de l’industrie, de l’agriculture et du tourisme, faisant d’elle l’un des plus importants pôles économiques du Royaume. La contribution de la région au PIB national est passée de 10,1% en 2017 à 10,2% en 2018.

Un immense chantier à ciel ouvert :

Grâce à la haute sollicitude de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la région est, depuis plusieurs années, un immense chantier à ciel ouvert, à la faveur des plans de développement sectoriels, des projets de zones industrielles, commerciales et économiques dans le cadre d’une vision globale, intégrée et multidimensionnelle.
Les résultats de la vision Royale se sont bel et bien concrétisés dans les différentes villes du nord, assurant une commercialisation de la région comme destination privilégiée des investisseurs à la faveur d’efforts inlassables ayant permis la mise en place d’un large réseau de transports composé d’autoroutes, de ports, d’aéroports et de lignes ferroviaires.

Le Port Tanger-Med :

Le fer de lance de ce réseau est le Port Tanger-Med, qui illustre une vision Royale éclairée ayant pour objectif d’ouvrir le Maroc sur le monde et de positionner le Royaume de façon stratégique sur la carte du commerce international, au carrefour des grandes voies maritimes de la Méditerranée et de l’Atlantique. Un positionnement qui conforte aussi la position du Royaume en tant que passerelle entre l’Afrique et l’Europe.
Ce n’est donc pas un hasard que la revue spécialisée “Container Management” a classé Tanger Med 1er port à conteneurs en Afrique et 45ème au niveau mondial avec une capacité de 3 millions de conteneurs, surpassée en 2017 après le traitement de 3 312 409 conteneurs EVP, soit 11% de plus que sa capacité nominale.
Ces performances ont permis au complexe portuaire de gagner six places au classement mondial des 500 ports à conteneurs.
Une décennie après sa mise en service, Tanger Med 1 s’est érigé en premier port à conteneurs en Afrique, une position que confortera l’entrée en service en 2019 de «Tanger Med 2» avec une capacité de six millions de conteneurs EVP, portant la capacité du complexe portuaire à 9 millions de conteneurs EVP, ce qui permettra à cette infrastructure de briguer une place parmi le top 20 des ports à conteneurs du monde. Une telle capacité combinée à une position stratégique ne manquera pas de renforcer le positionnement de Tanger Med comme hub de référence pour les flux logistiques mondiaux et le Global Trade.

Les zones franches de la région :

Par ailleurs, la majorité des zones franches de la région, qui s’étendent sur plus de 1300 ha, ont attiré des opérateurs internationaux dans divers domaines. Désormais, ces zones abritent plus de 750 entreprises marocaines et étrangères d’export, totalisant un chiffre d’affaires de plus de 5,5 milliards d’euros, et générant quelque 65.000 emplois, ce qui a permis au Maroc de s’engager dans nombre de nouveaux secteurs porteurs, tels l’automobile, l’aéronautique et les énergies propres.
Outre l’implantation de l’usine Renault, avec une production de près de 400.000 véhicules, et l’installation de plusieurs fournisseurs, Tanger a réussi à attirer le leader mondial de l’énergie éolienne «Siemens GamesaRenewableEnergy», qui a inauguré sa première usine de pales d’éoliennes en Afrique et au Moyen Orient, pour un investissement de 1,1 MMDH.

La Cité Mohammed VI Tanger Tech :

A cela s’ajoute le projet de création de la ville nouvelle «Cité Mohammed VI Tanger Tech», un vaste parc industriel et commercial sur une étendue de 2.000 ha pour un investissement d’environ 10 milliards de dollars, qui prévoit la création de 300.000 emplois directs et indirects.

La Ligne à Grande Vitesse Al Boraq :

Le train à grande vitesse « Al Boraq » a transporté un total de 2,5 millions de passagers de janvier à octobre 2019 dans la perspective de dépasser les 3 millions de voyageurs à fin décembre 2019.

Un changement du visage architectural :

Il convient de citer aussi les efforts de développement visant à changer le visage architectural de Tanger, pour faire de la ville du Détroit une cité digne d’une capitale méditerranéenne, avec une économie en bonne santé, des infrastructures obéissant aux normes internationales, une effervescence culturelle, et des services touristiques de haute qualité, pour conforter l’offre du tourisme maritime et de plaisance.
L’année 2018 a été marquée par l’inauguration des nouveaux ports de pêche et de plaisance de Tanger, deux projets phares inscrits dans le cadre du programme intégré de reconversion de la zone portuaire de Tanger-ville qui mobilise des investissements de l’ordre de 6,2 MMDH.
Le port de plaisance “Tanja Marina Bay”, avec 1.400 anneaux pour bateaux, offrira d’importantes infrastructures dédiées à l’accueil des plaisanciers désireux de découvrir le charme de la capitale du Détroit, et permettra, aux côtés du port de pêche, d’assurer une reconversion optimale de la zone portuaire de Tanger-ville à travers la création d’un lieu de vie dans le respect de la riche histoire de Tanger, l’intégration du port dans la Cité et la promotion d’un développement respectueux de l’environnement.
Ces atouts stratégiques sont à même de consolider l’essor qu’a connu le secteur touristique ces dernières années dans la région. Selon les chiffres officiels, la ville du Détroit a accueilli, au premier semestre 2018, près de 300.000 touristes (+11%) totalisant 571.000 nuitées (+15%).
Cette dynamique a également bénéficié aux autres villes de la région. Tétouan a ainsi fait sa mue grâce au projet intégré de développement urbain de 5,5 MMDH, qui vise à établir les fondements du développement socio-économique, renforcer le positionnement de la région et améliorer le vécu des habitants dans un cadre de vie respectueux de l’environnement.
Le projet d’aménagement et de re-calibrage de l’Oued Martil, en cours d’exécution, constitue l’une des pierres angulaires de ce programme d’envergure. Il permettra la protection des villes de Tétouan et de Martil contre les risques d’inondation, la création d’une nouvelle zone urbaine sur une superficie de 1600 ha afin de mieux encadrer l’expansion de la ville de Tétouan avec des nouveaux espaces résidentiels, culturels, de loisirs, de sport, d’affaires et de commerce.

Al Hoceima, Manarat Al Moutawassit :

Dans la province d’Al Hoceima, le taux de réalisation des projets s’inscrivant dans le cadre du Programme de développement «Al Hoceima, Manarat Al Moutawassit» a dépassé 95% en juin dernier, tandis que des investissements de 5,549 MMDH ont été mobilisés sur l’enveloppe financière totale du projet, qui s’élève à 6,515 MMDH.
Ce chantier Royal vise à démocratiser les services sociaux et de proximité avec une répartition judicieuse des projets entre espaces urbains et milieux ruraux. Il s’agit de la programmation de quelques 804 projets, dont 300 ont été achevés et 504 sont à un stade de réalisation avancé, dans le but étant de réduire les disparités territoriales dans la province.

Une modernisation du secteur agricole :

Le secteur agricole n’est pas en reste. Les statistiques affirment que la province d’Al Hoceima a bénéficié, entre 2009 et fin 2017, de 22 projets dans le cadre du Plan Maroc vert et du projet Al Hoceima, Manarat Al Moutawassit, pour un investissement global de 655 MDH.
À Ouazzane, le projet d’aménagement hydro-agricole du périmètre Asjen associé au barrage Oued El Makhazine pour une enveloppe de 580 MDH, sera achevé avant fin 2018 avec l’ambition de stimuler l’émergence économique de la région.
Le projet, qui s’étend sur une superficie de 2.500 ha et qui bénéficiera à 5.000 agriculteurs répartis sur 29 douars, vise à moderniser le secteur agricole dans la région et améliorer sa valeur ajoutée.
Pour sa part, la province de Larache, forte de son atout de meilleure plaine de production agricole dans le nord du Maroc, connaît des efforts inlassables pour développer et valoriser l’agriculture dans son bassin le Loukkos. Il s’agit de la mobilisation de nouvelles ressources hydriques, l’élargissement des terres irriguées et la promotion des cultures à hautes valeur ajoutée dans le cadre du Plan Maroc vert.
Afin de répondre aux besoins hydriques sur le moyen et le long terme tout en tenant compte de la croissance démographique et de l’émergence économique et agricole dans les différentes provinces de la région, quatre barrages, d’une capacité totale de près d’un milliards de m3, sont en cours de réalisations. Les futurs barrages de Ghriss (Al Hoceima), de Martil (Tétouan), et de Dar Khrofa et Kharroub (Larache) permettront ainsi à terme l’irrigation de 22.000 ha.

La région Tanger-Tétouan-Al Hoceima vit, depuis des années, au rythme d’un élan de développement incontestable qui en fait une vitrine digne d’un Maroc moderne, riche de son potentiel, conscient de ses capacités, et résolument engagé sur la voie du développement socio-économique qui sied à sa position dans le concert des Nations.